Ma Seule Défense pour Avoir Vécu par L. Ron Hubbard (Part1/5)

Q
uand on considère tout ce que la Dianétique et la Scientologie représente, à la fois en tant qu’énoncé philosophique et en tant que chemin menant à la réalisation de cet énoncé, il n’est que raisonnable de supposer que L. Ron Hubbard a dû se heurter à une opposition. En termes simples, M. Hubbard parle d’une « élite en puissance » mise mal à l’aise par un mouvement philosophique véritablement populaire — surtout quand celui-ci prend si clairement position pour la liberté individuelle. Il parle également de ce que la Dianétique et la Scientologie représentent pour l’establishment psychiatrique international et pour l’industrie pharmaceutique qui lui est financièrement liée (les deux ayant été traditionnellement à couteaux tirés avec le spirituel, arborant un credo béhavioriste par Darwin et incarné par « La Philosophie du méchanistique » de Pavlov). Finalement, et c’est là que le bât blesse, Ron Hubbard parle de trente ans d’efforts psychiatriques, non pas pour noyer son œuvre, mais pour s’en emparer.

     Les dossiers confirment. Parmi les millions de pages de documents finalement divulgués par le gouvernement des Etats-Unis, on en compte des milliers qui décrivent en détails des tentatives, secrètes ou non, visant à l’appropriation de la Dianétique et de la Scientologie pour le compte de bureaux psychiatriques au sein des services de renseignements américains. A quelles fins les découvertes de Ron Hubbard devaient être employées n’est pas complètement clair, mais l’obsession psychiatrique — ce sont les seuls mots qui puissent décrire ce phénomène — est absolument incontestable. A feuilleter des mémorandums déclassés de la CIA, par exemple, on rencontre à maintes reprises des suggestions de plans sombres pour d’abord jeter le discrédit sur les textes de Scientologie, puis ensuite se les approprier. De même, on trouve amples preuves de tentatives d’infiltrations lancées par le FBI ou effectuées en son nom, et il est dit que les coffres des agences de sécurité nationale contiennent encore des enregistrements obtenus de manière illégale de conférences données par Ron Hubbard sur l’état d’OT.

     En réplique — et n’oublions pas qu’il s’agit d’un conflit d’ordre philosophique — voici « Ma seule défense pour avoir vécu ». L’article date de 1966, époque à laquelle les services secrets américains et britanniques avaient conspiré afin de restreindre à la fois les mouvements de M. Hubbard et la croissance de la Scientologie. Profondément personnel et immensément puissant, décrivons-le simplement comme l’expression d’un homme dont la vie ne saurait être dissociée de ses convictions philosophiques.


Ma Seule Défense pour Avoir Vécu par L. Ron Hubbard



| Précédente | Glossaire de termes de Scientologie | Sommaire | Suivante |
| Scientologie"/A> | Sites concernant la Scientologie | Librairie | Page de Garde |
L. Ron Hubbard the Philosopher | L. Ron Hubbard, Der Philosoph | L. Ronald Hubbard: El Filósofo | L. Ron Hubbard, Le Philosophe | L. Ron Hubbard: Il Filosofo

info@scientology.net
© 1996-2004 Église de Scientologie International. Tous droits de reproduction et d'adaptation réservés.

Information sur les marques de fabrique et les marques de service de la Scientologie, philosophie religieuse appliquée